Arles in Black, deuxième promenade

Publié le 19 avril 2013 dans Des oeuvres, Rencontres d'Arles

La deuxième promenade de cette édition 2013 des Rencontres d'Arles : MOI

A la croisée entre autoportrait et monde du fantasme et du rêve, amusé ou inquiet.

 

 

Gilbert Garcin

Et ses petits théâtres, qu’arpente ou tente de fuir son effigie en papier découpé. La solitude, le passage du temps, l’ambition et l’impuissance y sont croquées en quelques éléments bricolés qui font mouche à chaque fois.

 

Pieter Hugo

Et son étrange série, il y a une place en enfer pour moi et mes amis, où par un subterfuge technique, ses amis se voient dotés d’une carnation oscillant entre brûlure et bronze, réactivant sur un mode différents, plusieurs des questions qui hante son travail : les portraits d’africains albinos, les corps brûlés du Rwanda, le cinéma d’horreur de Nollywood, la terre brûlante des décharges du Ghana, mais aussi et surtout, cette confrontation entre peau blanche et peau noire, particulièrement en Afrique du Sud, où il a grandi, qui cristallise toute un pan d’histoire irrésolue.

 

Jean-Michel Fauquet

et ses installations hantées, où ses sculptures faîtes avec des matériaux de récupération sont rephotographiées, donnant jour à des images picturales et matiéristes, qui, dans l'espace, redeviennent à leur tour des sculptures.

 

Miguel Angelo Rojas

et ses indiscrétions, dérangeantes et touchantes, où il observe les rencontres furtives car clandestines d’hommes dans les cinémas de Bogota.

 

Michel Vanden Eeckhoudt

Que ses photographies soient prises en Belgique, à l’île Maurice, en Suisse, en France, en Italie, le regard qu’il pose sur les choses font qu’on hésite un instant au seuil entre le monde qui l’entoure et le rêve qu’il en fait. Des ombres, des reflets, la déchirure d’une bâche, l’éclat d’une vitre, un bras dans une machine à tisser, des chiens, une tortue, un lézard danseur, un homme qui dort, une partie de football… Une collecte vibrante bien qu’en retenue.

 

Arno Rafael Minkinnen

Et ses autoportraits, où son corps nu devient sculpture, entrant en connivence avec la nature qui l’entoure, en conjuguant tendresse et efficacité graphique.

 

Tiphaine Buisson

photographie : Gilbert Garcin, le funembule

 

les Rencontres d'Arles

 

 

Plus d'articles dans les catégories Des oeuvres, Rencontres d'Arles

Fh s

Actualités :


TRAME-INTELLIGENCE COLLECTIVE a formé cette année 200 agents d'accueil, 23 médiateurs et s'apprête à former 60 animateurs culturels.


Me Contacter :


Tiphaine Buisson
tiphaine.buisson@gmail.com







Derniers articles +

EXPOSITION CHRISTIAN LACROIX, REVERBERATIONS ET RESONANCES.

Pour l'édition 2014 des Rencontres d'Arles, Christian Lacroix nous propose une exposition collective, qui, mêlant des variations de techn...
La suite…

Assonances, clés d'une pratique d'intervention en milieu scolaire

Dans ma pratique d’interventions, et plus particulièrement pour le projet Assonance, itinéraire d'un reflet mobile, projet permettant la ...
La suite…

LA MEDIATION, UNE TENSION VERS L’UTOPIE? par Véra Léon

Enjeux politiques La médiation génère une hétérotopie, c’est-à-dire littéralement un autre espace -physique et mental. Les...
La suite…