Assonances, clés d'une pratique d'intervention en milieu scolaire

Publié le 11 mars 2014 dans Médiation, Intelligence collective, Milieu scolaire
Dans ma pratique d’interventions, et plus particulièrement pour le projet Assonance, itinéraire d'un reflet mobile, projet permettant la rencontre entre la classe Ulis du collège Marie Curie d’Étampes, et la classe NSA du collège la Grange aux Belles, dans le cadre d’une convention entre la Mairie de Paris et le Conseil Général de l’Essonne, je propose une aventure de création collective, qui mêle dans des montages des éléments photographiés ou dessinés par chacun des participants.

En parallèle de la création d’images, nous faisons des ateliers d’écriture, qui à la fois trouvent leur origine dans nos montages et viennent servir de point de départ pour d’autres.

Mes points d'attention, à la fois pour la création de chaque montage mais aussi dans la création et l’animation de chaque séance, sont :


1 UNE ATTENTION à LA FOIS à L'ENSEMBLE ET AU DÉTAIL


Je m’attache à créer une image cohérente qui réunisse des éléments crées par chacun, une image à la fois complexe et lisible. A broder différentes lignes mélodiques afin de produire une forme unifiante, tout en respectant le timbre de chacun.
De la même manière, dans la construction et l’animation des séances, je cherche à produire du collectif, à favoriser un faire et un construire-ensemble, tout en laissant un espace où chaque individualité peut s’affirmer et se déployer.


2 TROUVER UN ÉQUILIBRE ENTRE MENER ET SUIVRE, PROVOQUER ET LAISSER ADVENIR


Un thème général est donné au départ, comme un cadre large délimitant un champ à explorer, à l’intérieur duquel le groupe se trace un chemin, individuellement et collectivement, chemin constitué de multiples pistes, essais, méandres, en réponse aux consignes que je propose, les réponses apportées déplaçant à leur tour mes consignes, pour intégrer les chemins suivis par le groupe.

Les fils de notre pelote :


Des premiers mots, proposés par la Maison du Geste et de l’Image, ont délimité une première étendue à parcourir : Identité, Reflet, Portrait, Miroir, Soi/L’autre.
Puis Autoportrait et Ville lors de la première séance.
Puis des noms de couleurs, Rouge, Bleu, Jaune, Vert, Rose, et ensuite les mots Oiseaux, Montagne, Rivière, Nuage et Lune, lors de nos séances de prises de vues en extérieur, dans la ville d’Etampes et dans le 10ième arrondissement de Paris.
La girafe est arrivée par hasard, détail parmi mille autres, lors de la première séance avec les Ulis, et a pris une importance croissante, nous révélant un pan de l’histoire d’Etampes qui nous était inconnu.
De la même manière, le mot oiseaux a pris une place majeure, car il s’est mis à résonner avec les textes étudiés par la classe parisienne, dont un texte de Desnos. De photographié de manière allégorique à dessiné par chacun d’entre nous, il est devenu le héros d’un conte que nous écrivons tous ensemble, et s’est posé sur les épaules des enfants dans leur portrait dessiné.
La Rivière et les Nuages ont pris de l’importance, photographiés et dessinés, ils sont omniprésents dans nos montages. De la même manière, les arbres se démultiplient, sous toutes les formes, jusqu’à dessiner la forêt dans laquelle vit l’oiseau magique de notre conte.
Des portraits dessinés, des jeux de prises de vues sur des matières plus ou moins réfléchissantes, des jeux d’opacité et de transparence avec la rivière viennent réinvestir les premiers mots déclencheurs.
Le titre proposé, Assonance, un procédé d’écriture qui joue sur des sons qui se répondent et se répètent en se déplaçant.

Fil après fil, nous créons et prenons le goût à des images complexes et polysémiques.


3 CHAQUE MONTAGE CRISTALLISE UN CHEMINEMENT


Dans chaque montage, non seulement s’entrecroisent et se cristallisent des médiums divers, mais des temps et des lieux également divers se télescopent. Des éléments de différentes séances se rejoignent, des dessins réalisés par la classe parisienne viennent répondre à, ou provoquer des photographies de la classe d’Etampes, et vice versa.
Des éléments également du contexte de production des images viennent aussi prendre part au montage : Le réflecteur, la cabine-son, le carré de Led, les mains des enfants dessinant ou photographiant…
Ainsi chaque montage est à la fois une production et une mémoire de chaque séance.


Merci à Adeline Bralant du collège d'Etampes, à Gamzé Petit, du collège de la Grange aux Belles,
au Musée Français de la photographie (Bièvres), à la Maison du Geste et de l'Image, le Domaine de Chamarande, ainsi qu'à la Mairie de Paris et le Conseil Général de l'Essonne.

Image : Tiphaine Buisson et les Nsa du collège de la Grange aux Belles et les Ulis du collège de Marie Curie d’Étampes

Pour voir plus d'images :
Mon site internet
Le blog des Ulis



Plus d'articles dans les catégories Médiation, Intelligence collective, Milieu scolaire

Fh s

Actualités :


TRAME-INTELLIGENCE COLLECTIVE a formé cette année 200 agents d'accueil, 23 médiateurs et s'apprête à former 60 animateurs culturels.


Me Contacter :


Tiphaine Buisson
tiphaine.buisson@gmail.com







Derniers articles +

EXPOSITION CHRISTIAN LACROIX, REVERBERATIONS ET RESONANCES.

Pour l'édition 2014 des Rencontres d'Arles, Christian Lacroix nous propose une exposition collective, qui, mêlant des variations de techn...
La suite…

Assonances, clés d'une pratique d'intervention en milieu scolaire

Dans ma pratique d’interventions, et plus particulièrement pour le projet Assonance, itinéraire d'un reflet mobile, projet permettant la ...
La suite…

LA MEDIATION, UNE TENSION VERS L’UTOPIE? par Véra Léon

Enjeux politiques La médiation génère une hétérotopie, c’est-à-dire littéralement un autre espace -physique et mental. Les...
La suite…