LA MEDIATION, UNE TENSION VERS L’UTOPIE? par Véra Léon

Publié le 16 novembre 2013 dans Médiation, Intelligence collective
Enjeux politiques

La médiation génère une hétérotopie, c’est-à-dire littéralement un autre espace -physique et mental.
Les questions élémentaires « qu’est-ce que vous voyez ? » ou « qu’est-ce que vous ressentez ? » ne peuvent appeler de réponses préétablies, de connaissances antérieures ; elles mettent tout le monde à égalité.
Quand les réponses se construisent dans le questionnement collectif, le public en ressort grandi, ayant pris conscience de sa capacité -renforcée à plusieurs- de construire une véritable interprétation.
Le médiateur est donc le passeur d’une utopie au moteur profondément égalitaire.
Par ce travail de réappropriation de l’autonomie des facultés de chacun, la médiation lutte contre les déterminismes sociaux et individuels. Donner la parole à chacun, faire s’écouter et dialoguer des avis divergents, prendre une direction commune grâce à l’intelligence collective, c’est un projet fondamentalement politique. Cela suppose d’être conscient des inégalités qui existent en amont, mais sans préjuger des capacités.


Enjeux éthiques

A cette dimension politique répond une dimension éthique. La médiation relève du care non seulement en tant que mission éducative -en l’occurrence d’éducation à l’image-, mais également par son éthique. En effet, le care, loin de se réduire au soin médical, relève à la fois d’une activité et d’une éthique. Il est centré autour du souci d’autrui, du soin, de la délibération, de la conservation de la relation avec autrui. Il mobilise des compétences mais aussi des affects, car il s’effectue dans une grande proximité avec autrui. Ces compétences et cette éthique ne sont pas productifs au sens classique du terme, mais n’en restent pas moins essentiels pour entretenir, perpétuer, réparer notre monde de telle sorte que nous puissions y vivre aussi bien que possible.

Sur le plan concret, cela signifie que le médiateur prend en compte les différents individus d’un groupe comme des éléments interdépendants d’un même tissu ; il veille à valoriser les singularités et en même temps l’écoute d’autrui, à ce que chacun se sente à l’aise pour s’exprimer. Il met en œuvre un savoir-faire discret qui consiste à adapter son action, ses réactions au besoin de l’autre, à sa prise en considération. Cela se traduit par l’écoute, la reformulation, la valorisation des tentatives d’expression, l’adaptation à chaque contexte.
Ainsi, par la place que le médiateur donne à l’individu et au groupe, par l’éthique qu’il construit, la médiation est un espace radicalement utopique.

Véra Léon

Photographie : Véra Léon
Plus d'articles dans les catégories Médiation, Intelligence collective

Fh s

Actualités :


TRAME-INTELLIGENCE COLLECTIVE a formé cette année 200 agents d'accueil, 23 médiateurs et s'apprête à former 60 animateurs culturels.


Me Contacter :


Tiphaine Buisson
tiphaine.buisson@gmail.com







Derniers articles +

EXPOSITION CHRISTIAN LACROIX, REVERBERATIONS ET RESONANCES.

Pour l'édition 2014 des Rencontres d'Arles, Christian Lacroix nous propose une exposition collective, qui, mêlant des variations de techn...
La suite…

Assonances, clés d'une pratique d'intervention en milieu scolaire

Dans ma pratique d’interventions, et plus particulièrement pour le projet Assonance, itinéraire d'un reflet mobile, projet permettant la ...
La suite…

LA MEDIATION, UNE TENSION VERS L’UTOPIE? par Véra Léon

Enjeux politiques La médiation génère une hétérotopie, c’est-à-dire littéralement un autre espace -physique et mental. Les...
La suite…