Qu’est-ce que la médiation d’une œuvre d’art ? Première approche.

Publié le 1 février 2013 dans Médiation, Intelligence collective

Une rencontre

 

Faire la médiation d’une œuvre d’art, c’est arpenter à plusieurs, explorer une œuvre, pas à pas, construire, élaborer ensemble. C’est faire que la parole et le regard circulent. C’est mettre des regards en mouvement, influer une dynamique par un égrainage de questions qui permettent aux spectateurs de faire la rencontre d’une œuvre. Car une médiation réussie n’est pas une médiation où l’on a fait passer le plus d’informations, de connaissances, mais lorsqu’une véritable rencontre s’est faite.

Quelque chose se produit, est produit. Une médiation est un espace de parole et de rencontres.

Rencontre entre un groupe et une œuvre, et aussi rencontre au sein du groupe, entre eux, grâce à une œuvre.

 

La posture du médiateur

 

Le médiateur n’est pas là pour dire au groupe ce qu’il devrait penser, mais instaurer un cadre générant de l’intelligence collective, un cadre permettant de penser ensemble, de créer du sens ensemble.

Et pour cela, il lui faut veiller à la richesse des interactions entre les membres du groupe. Cela demande, de la part du médiateur, une grande qualité d’écoute et d’être à l’autre.

Il doit savoir entrer en relation, mais aussi faire entrer en relation. C’est un savoir-être particulier. Une posture particulière.

 

Il doit à la fois affirmer une singularité, car une médiation est « juste » si elle ressemble au médiateur, et en même temps, même si cela peut sembler paradoxal, le médiateur doit s’effacer devant l’œuvre, il est intermédiaire. Il n’est pas là pour faire un one-man show, ni pour faire une conférence, ce n’est pas lui qu’il doit mettre en avant, c’est l’œuvre, mais aussi le groupe.

Il doit savoir placer son corps et sa voix pour cela. Il met en place, il organise un espace d’échange à l’intérieur de l’espace d’exposition. Il active des relations. Il est un déclencheur. Il ouvre quelque chose au sein de cette surface.

 

Une médiation est véritablement une affaire d’espace.

Le discours est ancré dans l’espace : il découle des œuvres, de la manière dont elles sont accrochées et de l’itinéraire choisi par le médiateur à l’intérieur de l’exposition.

C’est une pensée spatialisée.

 

Tiphaine Buisson

Plus d'articles dans les catégories Médiation, Intelligence collective

Fh s

Actualités :


TRAME-INTELLIGENCE COLLECTIVE a formé cette année 200 agents d'accueil, 23 médiateurs et s'apprête à former 60 animateurs culturels.


Me Contacter :


Tiphaine Buisson
tiphaine.buisson@gmail.com







Derniers articles +

EXPOSITION CHRISTIAN LACROIX, REVERBERATIONS ET RESONANCES.

Pour l'édition 2014 des Rencontres d'Arles, Christian Lacroix nous propose une exposition collective, qui, mêlant des variations de techn...
La suite…

Assonances, clés d'une pratique d'intervention en milieu scolaire

Dans ma pratique d’interventions, et plus particulièrement pour le projet Assonance, itinéraire d'un reflet mobile, projet permettant la ...
La suite…

LA MEDIATION, UNE TENSION VERS L’UTOPIE? par Véra Léon

Enjeux politiques La médiation génère une hétérotopie, c’est-à-dire littéralement un autre espace -physique et mental. Les...
La suite…